singles :87-89

89.jpg           m2.jpg           

45 tours extraits de  Ainsi soit je

   sanscontrefaconsingle.jpg

Paroles: Mylène Farmer.

Musique: Laurent Boutonnat.

Maison de disques: Polydor.

Durée: 3’50.

Editions: Bertrand LePage et Toutankhamon.

Sortie: 16 octobre 1987.

Face B: La Ronde triste (4’10. Musique de Laurent Boutonnat Paroles de Mylène Farmer  ).

Photographe: Marianne Rosensthiel.

mylenef.jpg

 

Sans contrefaçon

Puisqu’il faut choisir
A mots doux je peux le dire
Sans contrefaçon
Je suis un garçon
Et pour un empire
Je ne veux me dévêtir
Puisque sans contrefaçon
Je suis un garçon

Tout seul dans mon placard
Les yeux cernés de noir
A l’abri des regards
Je défie le hasard
Dans ce monde qui n’a ni queue ni tête
Je n’en fais qu’à ma tête
Un mouchoir au creux du pantalon
Je suis chevalier d’Eon

Puisqu’il faut choisir
A mots doux je peux le dire
Sans contrefaçon
Je suis un garçon
Et pour un empire
Je ne veux me dévêtir
Puisque sans contrefaçon
Je suis un garçon

Tour à tour on me chasse
De vos fréquentations
Je n’admets qu’on menace
Mes résolutions
Je me fous bien des qu’en-dira-t’on
Je suis caméléon
Prenez garde à mes soldats de plomb
C’est eux qui vous tueront

La Ronde triste

Please let me dream
Let me scream
I feel sad
Please let me dream
Let me scream
Let me die
I love you I love you
I do love you
I love you I love you
I do love you
« Don’t quite! »

Please let me dream
Let me scream
I feel sad
« Don’t quite! »
Please let me dream
Let me scream
Let me die
« Don’t quite! »

I love you I love you
I do love you
I love you I love you
I do love you
« Don’t quite »…

Déshabillez-moi

Déshabillez-moi, déshabillez-moi
Oui, mais pas tout de suite, pas trop vite
Sachez me convoiter, me désirer, me captiver
Déshabillez-moi, déshabillez-moi
Mais ne soyez pas comme
Tous les hommes, trop pressés.

Et d’abord, le regard
Tout le temps de prélude
Ne doit pas être rude, ni hagard
Dévorez-moi des yeux
Mais avec retenue
Pour que je m’habitue, peu à peu…

Déshabillez-moi, déshabillez-moi
Oui, mais pas tout de suite, pas trop vite
Sachez m’hyptoniser, m’envelopper, me capturer
Déshabillez-moi, déshabillez-moi
Avec délicatesse, en souplesse, et doigté
Choisissez bien les mots
Dirigez bien vos gestes
Ni trop lents, ni trop lestes, sur ma peau
Voilà ça y est, je suis
Frémissante et offerte
De votre main experte, allez-y…

Déshabillez-moi, déshabillez-moi
Maintenant tout de suite, allez vite
Sachez me posséder, me consommer, me consumer
Déshabillez-moi, déshabillez-moi
Conduisez-vous en homme
Soyez l’homme…Agissez !
Déshabillez-moi, déshabillez-moi
Et vous…déshabillez-vous!

========================

ainsisoitje.jpg         ainsisoisjemaxi.jpg

Bulle de chagrin
Boule d’incertitude
Tant de matins
Que rien ne dissimule
Je veux mon hiver
M’endormir loin de tes chimères
Je sais bien que je mens
Je sais bien que j’ai froid dedans

Bulle de chagrin
Boule d’incertitude
De nos destins
Nait que solitude
Tu dis qu’il faut du temps
Qu’aimer n’est pas un jeu d’enfant
Je sais bien que tu mens
Mais je suis si seule à présent

Ainsi soit Je
Ainsi soit Tu
Ainsi soit Il
Ainsi moi je
Prie pour que Tu
Fuies mon exil
Mais quel espoir
Pourrais-je avoir
Quand tout est noir?
Ainsi soit Je
Ainsi soit Tu
Ainsi soit ma vie
Tant pis.

Bulle de chagrin
Boule d’incertitude
Deux orphelins
Que le temps défigure
Je voudrais mon hiver
M’endormir loin de tes chimères
Tu sais bien que je mens
Tu sais bien que j’ai froid dedans.

Ainsi soit Je
Ainsi soit Tu
Ainsi soit Il
Ainsi moi je
Prie pour que Tu
Fuies mon exil
Mais quel espoir
Pourrais-je avoir
Quand tout est noir?
Ainsi soit Je
Ainsi soit Tu
Ainsi soit ma vie
Tant pis…

Paroles: Mylène Farmer.

Musique: Laurent Boutonnat.

Maison de disques: Polydor.

Durée: 4’30 (version single).

Editions: Bertrand LePage et Toutankhamon.

Sortie: Mars 1988.

Face B: Ainsi soit je Lamentations (4’45).

Photographe: Elsa Trillat

========================

aa2.jpg                   aa1.jpg

Paroles: Mylène Farmer.

Musique: Laurent Boutonnat.

Maison de disques: Polydor.

Durée: 4’10

Editions: Bertrand LePage et Toutankhamon.

Sortie: 12 septembre 1988.

Face B: Puisque (5’10. Paroles de Mylène Farmer et Musique de Laurent Boutonnat).

Photographe: Marianne Rosensthiel.

 Pourvu qu’elles soient douces

Hé Mec !
Ton regard oblique
En rien n’est lubrique
Ta maman t’a trop fessê
Ton goût tu revers
N’a rien de pervers
Et ton bébé n’est pas faché

Ton kamasutra
A bien cent ans d’âge
Mon Dieu que c’est démodé
Le nec plus ultra
En ce paysage
C’est d’aimer les deux cotés

Ta majesté
Jamais ne te déplaces!
Sans ton petit oreiller
A jamais je suis
Ton unique classe
Tout n’est que prix à payer

Tu fais Ah! des Oh!
Derrière ton ouvrage
Quand mon petit pantalon
Debout et de dos
Sans perdre courage
Dénude tes obsessions

Tu t’entêtes à te foutre de tout
Mais pourvu qu’elles soient douces
D’un poète tu n’as que la lune en tête
De mes rondeurs tu es K.O.!
Tu t’entêtes à te foutre de tout
Mais pourvu qu’elles soient douces
D’un esthète tu n’as gardé qu’un « air bête »…
Tout est beau si c’est « Vue de dos »!
OK!

Prose ou poésie
Tout n’est que prétexte
Pas la peine de t’excuser
Muse au égérie
Mes petites fesses
Ne cessent de t’inspirer

Je fais des Ah! des Oh!
Jamais ne me lasse
Par amour pour un toqué
Ne faut-il pas que
Jeunesse se passe
A quoi bon se bousculer?
Tu t’entêtes à te foutre de tout..

 ========================

sanslogique.jpg              sanslogiquemaxi45.jpg

Paroles: Mylène Farmer.

Musique: Laurent Boutonnat.

Durée: 4’00

Maison de disques: Polydor.

Editions: Bertrand LePage et Toutankhamon.

Sortie: Février 1989.

Face B: Dernier sourire (paroles: Mylène Farmer. Musique: Laurent Boutonnat).

Photographe: Marianne Rosensthiel.

Sans logique

Si Dieu nous fait à son image
Si c’était sa volonté
Il aurait dû prendre ombrage
Du malin mal habité
Qui s’immisce et se partage
L’innocence immaculée
De mon âme d’enfant sage
Je voudrais comprendre

De ce paradoxe
Je ne suis complice
Souffrez qu’une autre
En moi se glisse
Car sans logique
Je me quitte
Aussi bien satanique
Qu’angélique

Si chaque fois qu’en bavardages
Nous nous laissons dériver
Je crois bien que d’héritage
Mon silence est meurtrier
Vous me découvrez blafarde
Fixée à vos yeux si tendres
Je pourrais bien par mégarde
D’un ciseau les fendre

Dernier sourire

Sentir ton corps,
Tout ton être qui se tord,
Souriant de douleur,
Sentir ton heure,
Poindre au coeur d’une chambre
Qui bannit le mot tendre,
Sentir ta foi,
Qui se dérobe à chaque fois
Que tu sembles comprendre,
Parles moi encore…
Si tu t’endors,
Si c’est ton souhait,
Je peux t’accompagner…

Qui te condamne ?
Au nom de qui ?
Mais qui s’acharne à souffler tes bougies ?
Est-ce te mentir?
Est-ce te trahir?
Si je t’inventes des lendemains qui chantent…
Vois-tu le noir de ce tunnel ?
Sais-tu l’espoir quand jaillit la lumière ?
Ton souvenir ne cessera jamais
De remuer le couteau dans ma plaie

========================

aquoijesers.jpg

à quoi je sers

Poussière vivante, je cherche en vain ma voie lactée
Dans ma tourmente, je n’ai trouvé qu’un mausolée
Et je divague
J’ai peur du vide
Je tourne des pages
Mais des pages vides
Poussière errante, je n’ai pas su me diriger
Chaque heure demande pour qui, pour quoi, se redresser
Et je divague
J’ai peur du vide
Pourquoi ces larmes
Dis, à quoi bon vire
Mais mon Dieu de quoi j’ai l’air
Je sers à rien du tout
Et qui peut dire dans cet enfer
Ce qu’on attend de nous, j’avoue
Ne plus savoir à quoi je sers
Sans doute à rien du tout
A présent je peux me taire
Si tout devient dégoût
Poussière brûlante, la fièvre a eu raison de moi
Je ris sans rire, je vis, je fais n’importe quoi
Et je divague
J’ai peur du vide
Je tourne des pages
Mais des pages vides

la  veuve noire

Vois cette veuve noire
Tu l’as aimée
Pauvre amoureux d’un soir de mai
Vois cette dame noire
L’heure a sonné
Tu périras ce soir de mai
Vois cette toile noire
C’est ton linceul
Tu reposeras ce soir de mai
Quand l’araignée d’un soir
D’un long baiser
Enivre vos espoirs
Trop tard…

Paroles: Mylène Farmer.

Musique: Laurent Boutonnat.

Maison de disques: Polydor.

Durée: 4’30.

Editions: Bertrand LePage et Toutankhamon.

Sortie: Juillet 1989.

Face B: La Veuve noire (4’13)

 ============================================ 

allan.jpg

Paroles: Mylène Farmer.Musique: Laurent Boutonnat.Maison de disques: Polydor.Durée: 4’45 Sortie: Décembre 1989.Face B: Psychiatric (Première version; paroles: Mylène Farmer. Musique: Laurent Boutonnat).

Pauvres poupées
Qui vont qui viennent Allan Allan
Pauvre fantôme
Etrange et blême Allan Allan
J’entends ton chant monotone
La nuit frisonne Allan Allan
J’entends ton coeur fatigué
D’avoir aimé Allan Allan
D’étranges rêveries comptent mes nuits
D’un long voyage où rien ne vit
D’étranges visions couvrent mon front
Tout semble revêtu d’une ombre
L’étrange goût de mort
S’offre mon corps
Saoule mon âme jusqu’à l’aurore
L’étrange Ligeia renaît en moi
De tout mon être je viens vers toi !

Masque blafard
Tu meurs ce soir Allan Allan
Masque empourpré
De sang séché Allan Allan
D’où vient ta peur du néant
Tes pleurs d’enfant Allan Allan
Qui sont les larmes
De tes tourments ? Allan Allan

=============================================

liveplusgrandir.jpg

Paroles: Mylène Farmer.Musique: Laurent Boutonnat.Durée: 4’10 (version intitulée Live Mix ).

Maison de disques: Polydor.

Editions: Bertrand LePage et Toutankhamon.

Sortie: 12 Mai 1990.

Face B: Mum’s rap (d’une durée de 4’10).

Laisser un commentaire

 

LE LOTUS |
eilahdesign |
laperleipopette2 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Jardin de mes aurores
| L'envol
| DANSE avec les étoiles